Close


Organiser une randonnée

L’organisation d’une randonnée bien planifiée se veut gratifiante, à condition d’avoir les bons ingrédients. Malheureusement, une belle randonnée peut tourner au cauchemar si l’organisateur, par inexpérience, oublie de prévoir certaines situations. Il demeure tout de même important que chaque personne utilise son instinct, son expérience et sa vision personnelle.

La méthode qui vous est suggérée se veut un guide qui vous permettra de normaliser l’itinéraire de votre randonnée. Celle-ci n’est pas obligatoire, cependant elle résulte d’une approche utilisée dans le passé et qui s’est avérée efficace. De plus, en utilisant un standard, l’organisateur améliore la sécurité, la qualité de sa randonnée et rend le motocycliste plus confiant. Au fil des ans, les membres et le conseil d’administration de l’A.M.R.N. ont toujours projeté l’image d’un groupe ordonné et discipliné lors de nos randonnées. C’est pourquoi nous vous invitons à prendre connaissance des précieux conseils décrits ci-dessous.

TopLes points importants

L’organisation et la planification

L’organisateur se doit d’effectuer le trajet au minimum 2 à 3 semaines avant la randonnée officielle. Cet exercice lui permettra de bien planifier ses arrêts, son temps et ses choix d’activités, s’il y a lieu. Lors de sa randonnée solitaire, il doit penser en fonction du groupe, c’est-à-dire une possibilité de 30 motos.

Afin de permettre à tous et chacun de bien suivre l’itinéraire, le kilométrage devra être inscrit entre chaque étape importante (ex : changement de direction, arrêt, etc.).

L’itinéraire devra être remis au directeur des randonnées, une semaine avant la date prévue. Celui-ci pourra discuter avec l’organisateur et apporter les correctifs, s’il y a lieu et après vérification, l’organisateur est responsable de faire les photocopies de sa randonnée. Toutes informations utiles devraient être signalées, pour être diffusées sur la boîte vocale AMRN.

 

L’organisateur se doit de respecter les limites de vitesse

Lorsqu’il y a changement de limite de vitesse, celui-ci doit réduire ou augmenter sa vitesse de façon progressive afin de permettre à tous de se regrouper. L’effet élastique se produit souvent lorsque le « leader » est trop prompt sur l’accélérateur. Celui-ci doit augmenter sa vitesse lentement afin de permettre à ceux de la queue d’augmenter la leur, sans outrepasser la limite de vitesse.

 

Les arrêts

Chaque arrêt devrait être prévu dans un laps de temps de 60 à 90 minutes du départ, soit à une distance se situant aux alentours de 100 km. La pause devrait se limiter de 15 à 20 minutes. Cependant, afin de récupérer les retards et autres aléas, il serait bon de figurer une demi-heure dans la planification du temps. La proximité d’une station d’essence est nécessaire à chaque arrêt, afin d’éviter d’être dans l’obligation d’arrêter une deuxième fois pour l’essence.

Chaque pause ou arrêt devrait se faire sur le coté droit, afin d’éviter de traverser la route lors du départ. Il est important d’analyser les diverses possibilités avant de choisir son lieu d’arrêt.

 

Le dîner

Toujours prévoir un endroit, où chacun peut se restaurer à son choix, c’est-à-dire, avec restaurants et possibilité de pique-nique. L’organisateur a avantage à explorer l’endroit afin de trouver un site qui accommodera tous et chacun. La municipalité, le bureau touristique sont des endroits propices afin d’obtenir l’information (parc, lieu de villégiature, etc). Il s’agit d’y penser !

Si le restaurant et l’endroit du pique-nique sont différents, il serait important de prévoir un lieu de rassemblement après le dîner, qui sera le plus sécuritaire pour le départ.

Lorsque l’itinéraire nous conduit dans un endroit plus isolé, (petit restaurant ou aucun), il est important de mentionner, sur la boite vocale de l’AMRN, d’apporter son lunch. Donc, prévoir d’informer le directeur des randonnées et d’en parler lors du départ le matin.

 

La destination

Si une activité est prévue (ex : visite d’un lieu), l’organisateur devra évaluer la durée, le coût et transmettre l’information au directeur des randonnées pour mention, dans la boîte vocale de l’AMRN. Si la durée de la visite risque d’être assez longue, il est suggéré de la planifier avec le dîner.

 

Le retour

Il est important de prévoir un itinéraire de retour. Aussi, une randonnée se termine généralement dans un de nos restaurants commanditaires et de préférence avant l’heure du souper (± 18 : 00). Si la distance oblige que le retour soit plus tard, il faudra prévoir un souper sur le chemin du retour. L’information devra donc être diffusée sur la boite vocale de l’AMRN.

 

Les généralités

Lorsque l’organisateur effectue son trajet, les informations utiles sont :

  • le kilométrage entre chaque changement de route
  • la direction du changement de route (gauche, droite, via, continuer, etc.)
  • l’endroit du prochain virage (ex : route 343 nord jusqu’à Joliette)
  • le numéro de la sortie et la direction si nécessaire

Si l’itinéraire est fait sur EXCEL, utiliser les critères suivants :

  • hauteur ligne : 25, vertical centré
  • largeur colonnes : A = 8, B = 11 et C = 65
  • écriture : ARIAL, gras, taille : 12
  • inscrire « pause » et « dîner » en taille 16 et colorer la ligne en fond gris léger
Exemples :
KM DIRECTION TRAJET
Aut. 40 ouest direction Trois-Rivières
10 droite Sortie #8 direction Saint-Sulpice
14 gauche Rte. 343 nord jusqu’à Joliette
63 droite Rte. 158 est jusqu’à Notre-Dame-des-Prairies
78 via Rte. 331 nord jusqu’à Saint-Félix-de-Valois
102 droite Pause TIM HORTON
TopConclusion

Bonne préparation et souvenez-vous :

Notre fierté c’est de rouler en toute sécurité, simplicité et facilité